Cliquer ici pour signer la pétition

Cela n’a rien à voir avec ce que l’on nous a proposé !

Cette phrase revenait et revient encore souvent, prononcée par ceux qui s’étaient intéressés au projet. Comment cela est-il possible ? Petit retour en arrière...

Il faut remonter à l’année 2016 pour trouver les premières traces d’information dans la Gazette de Torcy. Un dossier de présentation de la Zac des coteaux titré «  Un nouveau quartier au coeur d’un site paysager  ». On y parle préservation de la nature, équipements publics, de la nouvelle rue de Chèvre... de logements pour tous, de construction bois illustrée par un bâtiment d’un étage, du traité de concession entre Epamarne, la ville et l’Agglomération...
Sur ce document figure aussi un plan matérialisant la disposition des bâtiments de la zac, noyés dans le vert mais aucune vue en perspective permettant de se faire une idée des volumes..

Un second document sans volume, sans densité...

Un second document sera publié à l’occasion de l’enquête publique qui s’est déroulée en novembre 2017 et qui permettra à Epamarne, l’aménageur de déroger à la protection des espèces. Ce document reprendra, en les précisant, les mêmes éléments, les mêmes plans, insistant de nouveau sur les constructions bois illustrées par des réalisations à Chanteloup-en-Brie, Romainville d’un étage au plus, de toitures calcicoles. Rien qui, à l’exception d’un petit croquis en page 2, ne permet de se représenter la hauteur, les volumes, la densité...

C’est loin de correspondre à ce qui nous a été présenté

Même si les plans présentés sont conformes à ce qui est réalisé dans la première tranche, jamais les torcéens ne pourront jusqu’à la construction, prendre l’exacte mesure de la hauteur, des volumes, de la densité du programme ce qui engendrera cette réaction : « entre le projet présenté par la Mairie sur plan et la réalisation sur le terrain il y a un monde. De visu deux grandes barres de béton avec des poutres de bois en façade pour faire éco-quartier.. » et fera dire à Didier « les premiers résultats visibles sur la première tranche sont loin de correspondre à ce qui nous avait été présenté. Aussi je signe afin de préserver la seconde tranche intacte de tout béton... ».
Pourtant dans le document de demande d’autorisation de dérogation aux espèces protégées, ces vues en perspective existaient déjà, qui auraient pu être présentées aux torcéens leur permettant de se faire leur opinion.... Elles n’ont pas été utilisées dans les documents grand-public (1).
Nous publions donc ci-dessous ces croquis. Ils vous permettront à la vue de la première tranche d’imaginer et contester ce que pourraît être la seconde...

(1) La DRIEE disait «  De même, les visibilités vers le projet (à hauteur d’homme) depuis les différents espaces de loisirs autour du site, de la Marne, des routes et chemins, etc. auraient dû être présentées. D’un point de vue méthodologique, les seules présentations en plan (sans coupes) et en photographie aérienne ne permettent pas d’appréhender correctement les impacts du projet. »

Cliquer ici pour signer la pétition

Ces croquis auraient pu servir de base pour réaliser des dessins permettant aux torcéens de réellement se rendre compte de la disposition des bâtiments, de leur hauteur, des volumes, de la densité... Erreur de communication ?

Les bâtiments de la zac sont en gris. Au premier plan la caserne de pompiers et la première tranche. Derrière le rideau d’arbres la seconde tranche.


Agrandir l'image

Les bâtiments de la zac sont en gris. Au premier plan la première tranche avec les deux rangées de REI habitat à venir. La seconde tranche est derrière le rideau d’arbres.


Agrandir l'image


Cliquer ou survoler la photo pour en lire la légende...

Hélène

11/05/2022

J'avais fait la visite de ce lieu avec la présence de Mr le Maire avant le début des travaux. Un promoteur était là je le trouvais faux quand il parlait. C'est honteux ce qui se passe !

 


Des avis...

A votre avis...

Qui êtes-vous ?
Votre message