Cliquer ici pour signer la pétition

Chassez le naturel, il revient au galop...

Le béton à remplacé nombre de platanes qui faisaient l’originalité et la beauté du coteau de Torcy. Mais était-ce vraiment pour la beauté que ces arbres ont été plantés ? Mémoire.

Dans les années 50, Marne-la-Vallée n’existant pas, Torcy était un village de quelques milliers d’âmes à l’environnement champêtre. Un agriculteur propriétaire d’un domaine qui deviendra plus tard le « camping de la colline » eut l’idée de planter plusieurs dizaines de rangées de platanes sur un terrain situé à l’emplacement de l’actuelle première tranche de la Zac des coteaux afin de puiser l’eau des sources qui s’y écoulaient.

Pendant près de 70 années ces platanes se sont développés et ont contribué à forger l’écosystème du coteau. Ils ont vu se transformer Torcy, passer des milliers de campeurs lorsque le terrain est devenu « camping de la colline » sans jamais faillir à leur tâche, puiser l’eau du sol argileux pour la restituer ensuite à l’environnement, contribuant ainsi à rafraîchir l’atmosphère du camping à l’occasion d’étés parfois caniculaires.

Un platane vieux de 70 ans absorbe entre 100 et 150 litres d’eau par jour. Avec la trentaine de platanes abattus dans la première tranche ce sont trois à quatre mille cinq cent litres d’eau qui devront être pompés ou s’écouler chaque jour sur le coteau, en partie ou en totalité en fonction des précipitations, par un endroit où par un autre.

Alors que l’hiver a été sec, une source est réapparue sur la ligne du même nom, entre les deux premières barres de Pitch promotion, traçant son sillon dans la terre fraîchement déposée tandis qu’une seconde plus active s’écoule au pied de la troisième barrre... Chassez le naturel, il revient au galop...

Cliquer ici pour signer la pétition

Le Coteau en 1950


Agrandir l'image

Le coteau en 2017


Agrandir l'image

Les platanes rafraîchissaient l’atmosphère du camping à l’occasion d’étés parfois caniculaires.


Agrandir l'image


Cliquer ou survoler la photo pour en lire la légende...

Les platanes c'est de l'eau mais aussi du carbone...

Bien que sa capacité d'absorption de carbone puisse varier, on peut considérer qu'un arbre stocke environ 167 kg de CO2 par an, soit 5 tonnes de CO2 par an qui ne seront plus stockés par les 30 platanes abattus sur le coteau. Où est la compensation ?

 


Des avis...

  • L’homme s’octroie le droit de faire ce qu’il veut avec la nature comme s’il lui était supérieur et propriétaire.
    Ainsi l’ arbre est traité comme un objet et non comme un être vivant, qu’il est pour notre plus grand bien.
    Quand obligerons nous les promoteurs à coopérer avec l’ arbre et non contre ???
    Encore un secteur de biodiversité détruit par la bêtise humaine !

A votre avis...

Qui êtes-vous ?
Votre message