Cliquer ici pour signer la pétition

Préserver une pépite valant tout l’or du monde...

Malgré une opposition grandissante à la seconde tranche de la Zac des coteaux de la Marne, malgré les arguments qui s’accumulent et les voix qui s’élèvent, Epamarne s’entête à détruire l’écosystème du coteau, une pépite valant plus que tout l’or du monde. Il est encore temps pour les élus de l’arrêter.


Les premiers propriétaires de logements de cinq des sept bâtiments du programme « Nature et coteaux » sur la première tranche de la Zac des coteaux de la Marne, ont emménagé. L’opération s’est faite dans un environnement de chantier qui n’en finit pas, loin de l’image bucolique qui leur a été vendue. Pendant ce temps, les arbres à abattre, sont marqués de rouge et les bulldozers sont à l’œuvre sur la seconde tranche, détruisant ce qu’il reste d’écosystème comme en témoigne une riveraine habituée des lieux...
« Ce qui me choque c’est qu’on parlait de préserver la végétation, de conserver au maximum les plantations, il n’en est rien. Toute la végétation va être arrachée et la faune détruite, pour la remplacer par de l’herbe, avec le minimum syndical, c’est à dire fourmis et vers de terre. Où est la préservation de la biodiversité ?
Sur la première tranche seul le platane a été conservé, le reste a été détruit. Il est encore temps de préserver la végétation qui est pleine de vie et de biodiversité.
Aujourd’hui on a de quoi abriter les animaux, on a des fleurs en été, des arbres à papillons, des rosiers sauvages, des figuiers, des noyers des noisetiers, des jonquilles sauvages, des primevères...
Pourquoi ne pas laisser en l’état et garder la chance d’apercevoir un renard ou un hérisson, un geai ou un pic-vert ? Nombre d’espèces aujourd’hui présentes, citées dans le projet d’Epamarne, n’auront plus de site pour nidifier…
Epamarne parle de préserver les oiseaux, ils ont justement besoin d’arbrisseaux pour nicher, il n’y en a pas de prévus. Il parle de
lucane cerf volant dont la larve se nourrit uniquement de bois mort pourrissant, il y en a aujourd’hui du bois mort mais demain ? Adieu lucane cerf volant... Il parle de toitures calcicoles, de la préservation des orvets, ce sont peut-être des orvets volants…
Restent les insectes, la partie marécageuse qui sera un nid à moustiques. "

L’îlot de fraîcheur Torcéen

A l’heure de l’urgence climatique, à l’heure où des villes cherchent à faire entrer de la nature, de la fraîcheur, à implanter des bois, « le planté de béton » prévu par Epamarne pour la seconde tranche des coteaux de la Marne est-il responsable ? Est il responsable d’éradiquer un écosystème qui constitue un îlot de fraîcheur dont les générations futures auront besoin, alors qu’on nous annonce un réchauffement moyen de l’ordre de 1,5 degrés dès 2030, alors que tout commande de faire le contraire !

Rien n’est perdu, il est encore temps de changer

Malgré une opposition grandissante, malgré les arguments qui s’accumulent et les voix qui s’élèvent, Epamarne s’entête. Il est encore temps pour les élus de l’arrêter, de protéger notre coteau, une pépite qui aura bien plus de valeur pour nos enfants que tout l’or du monde. Nous, signataires de la pétition, qui nous sommes engagés, nous pourrons leur dire en les regardant dans les yeux, « nous avons fait tout ce que nous pouvions ». Fassent que les élus puissent en dire autant.

Cliquer ici pour signer la pétition

Pourquoi tant de précipitation ?

Le chantier de la première tranche avance plus que lentement, pourquoi tant de précipitation à détruire l’écosystème qui se trouve sur le terrain de la seconde tranche ?

Le chantier de la première tranche avance plus que lentement...


Agrandir l'image

Les premiers occupants de la Zac ont emménagé dans un environnement de chantier loin de l’image bucolique qui leur a été vendue


Agrandir l'image

Ces arbres, marqués de rouge, que vous pouvez aperçevoir sur le terrain de la seconde tranche sont destinés à être abattus...


Agrandir l'image

Avis à la faune... Vous devez immédiatement vous regrouper dans la pleine calcicole et ne plus en bouger !


Agrandir l'image

Le bulldozer à l’oeuvre sur le coteau


Agrandir l'image

On a des fleurs en été, des arbres à papillons, des rosiers sauvages, des figuiers, des noyers des noisetiers, des jonquilles sauvages, des primevères...


Agrandir l'image


Cliquer ou survoler la photo pour en lire la légende...

 

Voir dans la même rubrique...
Chercherait-on du pétrole à Torcy ?
Zac pieds dans l’eau...
Torrent sur le coteau, l’autre scénario...
L’urbanisation de tout le coteau, une option envisagée !
Y a-t-il un pilote dans l’opération ?
Seconde tranche, calme apparent...
Compétence agglomeration, ça coule de source...
La Zac des coteaux source d’ennuis...
Zac des coteaux, rue de Chèvre... patience
RD10, les Noisiéliens réagissent...
Rue de Chèvre, chantier à l’arrêt !
La folie immobilière et touristique se poursuit le long de la RD10....
RD10, on ne nous a pas bien compris...
Des commerces sont-ils prévus dans la Zac des coteaux ?
Préserver une pépite valant tout l’or du monde...
Réponses hallucinantes de l’agglomération et d’Epamarne....
Le saccage continue...
Zac des coteaux, rue de Chèvre des chantiers qui se télescopent...
Dès la préhistoire le coteau était peuplé...
Rue de Chèvre, des réponses et des questions en suspend...
Travaux d’envergure, rue de Chèvre et au carrefour de la route de Lagny
Bienvenue Max
Epamarne ou l’art de nous faire prendre des vessies pour des lanternes...
Notre action dans la presse...
La RD10 submergée...
Histoire de flâner sur le coteau...
Question de trafic et stationnement rue de Chèvre...
Zac des coteaux de la Marne, les écureuils ne lui disent pas merci
Démarrage de la pétition

A votre avis...

Qui êtes-vous ?
Votre message